fbpx
     Lors du dernier billet, il était question de l’apport de l’intolérance à l’incertitude au phénomène de stress chronique. Dans l’idée de bien discerner les principaux moteurs cognitifs alimentant l’état anxieux, je vous propose aujourd’hui que nous nous attardions aux biais cognitifs (alias les pensées « erronées », les croyances erronées, les pensées dysfonctionnelles […]
Pour avoir accès à ce contenu, vous devez acheter un abonnement.