Ne le saviez-vous pas, tout m’est dû!

Rebonjour à tous,

    en ce retour des vacances, j’ai envie d’écrire sur un sujet qui n’a pas arrêté de me sauter au visage ces dernières semaines : la « fameuse » (not) attitude tout-m’est-dû que certaines personnes arborent.

     Le dernier événement en date qui m’a fait perdre patience et qui m’a motivé à reprendre l’écriture : un voisin de mon quartier qui sort, tôt le matin en robe de chambre sur son balcon, pour me crier par la tête (en pleine rue!) « qu’est-ce qu’il a fait ton chien sur mon terrain?! ». Et moi de répondre : « heu, il a fait pipi… c’est pour ça que vous ne m’avez pas vu me pencher pour ramasser ». Après quelques secondes de malaise, la personne continue de crier que « la prochaine fois, tu empêcheras ton chien de faire ça sur mon terrain ». Ben oui, j’ai du contrôle là-dessus… J’ai continué ma marche matinale en ruminant. Ayoye, la politesse. Ayoye, le tout-m’est-dû.

MSGR_PHOTO_FOR_UPLOAD_1528743511952.jpg_1528743514621.jpeg
Romy, l’auteure du crime

     Vous l’aurez compris, j’étais en beau saint-si… Ce qui m’a fâché là-dedans, ce n’est pas le fait que le monsieur soit soucieux de la propreté de son chez-lui. Au contraire, cela est légitime. Ce qui m’a faché, c’est le ton avec lequel il s’est adressé à moi. S’adresser d’une manière aussi virulente à une personne, pour la première fois, ça parle d’une tentative d’intimidation OU ça parle que le monsieur peut tout se permettre sur l’autre. Dans les deux cas, ça génère chez moi de la colère.

     Tenter d’intimider autrui, c’est un comportement que les humains et les animaux ont en communs. C’est une des réponses comportementales possibles quand nous sentons que quelqu’un « pile sur notre territoire ». C’est une façon que nous avons de repousser l’agresseur sans avoir à se battre à proprement dire. C’est espérer faire tellement peur à l’autre, qu’il va se désengager et quitter/abandonner sa tentative d’intrusion. À la base, « intimider » est un comportement « adapté » dans le royaume animal dans le sens qu’il « fait la job », mais chez les humains… c’est souvent très inadéquat.

     C’est quoi le lien avec l’attitude tout-m’est-dû? En fait, cet attitude est le reflet de croyances profondes qu’une personne a à son égard qui le portent à penser qu’il a BESOIN de faire ou d’obtenir EXACTEMENT ce qu’il souhaite et cela, sans considérer ce que ça peut coûter aux autres. C’est une attitude qui pousse les personnes à affirmer excessivement sa force, son point de vue et à contrôler autrui à son propre avantage, sans considérer l’autre dans son autonomie et sa liberté individuelle. Une personne à qui tout-lui-est-dû a généralement pas ou très peu d’empathie pour autrui. Ainsi, chercher à faire peur à un passant parce qu’une personne estime qu’il est de sa survie personnelle (n’oubliez-pas, il est question d’un BESOIN perçu et non d’un désir) que son gazon soit sans pipi de chien… c’est du tout-m’est-dû.

 

Il était une fois un terrible two…

    L’attitude tout-m’est-dû ne se développe pas par hasard chez une personne. En fait, c’est un vestige de la période de croissance qu’on appelle le Terrible Two chez les enfants âgées d’environ 2 ans. À cet âge, l’enfant humain comprend qu’il a un certain contrôle sur lui-même ( apprentissage de la propreté obligeant! ) et commence à se demander jusqu’où il peut exercer ce contrôle. Alors viennent, tout naturellement, les premiers « Non! » et les premiers tests de limites avec les parents. Cela est normal et souhaitable. Toutefois, ce qui arrive avec les enfants de deux ans… c’est qu’ils n’ont pas la sagesse ni même les capacités cognitives pour s’autoréguler, pour se temporiser ou se rationaliser quand ils exagèrent. Ces tâches impératives et nécessaires incombent aux parents qui, eux, ont un cerveau assez développé! Quand le parent le fait « trop » ou maladroitement (genre, il écrase son enfant, l’intimide ou le puni de manière démesuré) ou à l’inverse, quand il ne met pas de limites et espère (naïvement… désolé, mais c’est vrai) que son enfant va arrêter tout seul d’exiger tout… il est en train de bâtir brique par brique un adulte qui aura une attitude de tout-m’est-dû.

tweet parents
« Si jamais vous vous demandiez si vous devriez avoir des enfants, mon enfant de 3 ans s’est mis en colère car sa langue est rose ».

   Vous aurez donc compris… les adultes ( et non pas les ados, car dans leurs cas ces comportements ont souvent une autre valence, d’autres buts développementaux ou une autre réalité cognitive ) qui portent fièrement cette attitude agissent exactement comme des enfants de deux ans, mais avec des moyens verbaux, comportementaux et des ressources matérielles et financières d’adulte. C’est comme si ces adultes n’avaient jamais outrepasser ce stade de développement normal. Comme s’ils y étaient rester pris.

     Avoir l’état émotionnelle d’un enfant de deux ans, mais avec les ressources d’un adulte… c’est un combo parfois terrible, mais toujours inadéquat. Cela forme des adultes qui sont souvent contrôlant, dominants et qui confondent agressivité et respect. Avoir un patron, une conjointe, un voisin ou un parent qui a cette attitude génère très souvent de la détresse pour l’entourage qui sont souvent aux prises d’un sentiment d’impuissance, de colère et éventuellement de dédain envers le ou la fautif ( ve ).

 

Quoi faire docteure?

     Certains auteurs en psychologie qui ont un intérêt tout particulier pour les personnalités difficiles suggèrent qu’avec un individu à qui tout-lui-est-dû il faut :

  1. Mettre des limites claires sans succombez dans le « trop » ou le pas assez. La twist ici est d’envoyer un message clair et respectueux comme quoi vous n’acceptez pas qu’on vous traite comme un citoyen de deuxième zone ( de qui il détient le contrôle, l’autorité morale ou physique ) tout en étant empathique à l’émotion qui a amené le tout-m’est-dû chez l’autre. Genre? Dire au voisin enragé qu’on comprend qu’il souhaite que ça soit propre chez lui et qu’il est en colère de voir mon chien faire pipi, mais que ça ne lui donne pas le droit de crier sur autrui.
  2. Montrez votre approbation à chaque fois qu’il ou qu’elle dit quelque chose de sincère/authentique/vulnérable. Comme un bon parent, on encourage ce qu’on veut voir plus souvent! Votre tout-m’est-dû porte cette attitude comme une carapace et tente d’envoyer un message de force et de dominance à autrui. Lorsqu’il laisse tomber cette carapace, par pitié, encouragez-le et valorisez-le.
  3. Expliquez-lui vos réactions et celles des autres. Entre autres, aidez-le à faire la distinction entre désirs et besoins. On est légitime d’exercer un contrôle sur son environnement pour combler nos besoins, mais on ne l’est pas toujours lorsqu’il est question d’un désir.
  4. Éviter de fanfaronner devant lui. Vivre des réussites personnelles et des accomplissements sont des sources de joie indiscutables. Avoir envie de les partager avec nos proches est naturel. Toutefois, avec les tout-m’est-dû, cela a de fortes chances d’attiser leur envie et jalousie… ainsi que les tentatives de vous prouver ainsi qu’à tout le monde comment cela n’est pas si grandiose/ que vous avez été chanceux/ comment il lui est arrivé tellement mieux. Protégez-vous de leur jalousie et de la rétribution qui vient avec, soyez stratégique dans votre communication.

     Sachez que, malheureusement, certains tout-m’est-dû sont plus intenses que d’autres. Avec eux, mettre des limites impliquent parfois de prendre des recours légaux ou de les exclure de votre vie. Sachez que ces actes sont parfaitement légitimes. Vous méritez une belle vie remplie de personnes qui savent apprécier votre valeur. Rien de moins.

    En espérant le tout utile,

Bonnes semaines,

Dre Sara-Maude Joubert, psychologue

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s