Garde, j’aurais une question : Les allergies saisonnières

     C’est une phrase que j’entends tellement souvent, mais quand ma sœur a poursuivi avec : « … voudrais-tu écrire des textes sur mon blog ? ». L’idée m’a tout de suite réjouie. De pouvoir faire mon travail autrement, de prévenir certaines maladies, de vous informer sur des sujets de santé physique que j’observe souvent, le tout dans le confort de ma petite maisonnette, m’a vraiment plus.

  Tout d’abord, des présentations s’imposent. Je m’appelle Sabrina Joubert, communément appelée Garde Joubert. Je suis infirmière clinicienne depuis maintenant sept ans. Je travaille à l’hôpital de Shawinigan, plus précisément dans le département de l’Urgence.

     Pour mon tout premier texte, étant donné que le printemps vient tout juste d’arriver, ça m’a donnée l’envie de vous parler des allergies saisonnières et de vous donner quelques trucs pour les contrôler. Ce sujet touche beaucoup de monde… Saviez-vous qu’au Québec, 1 personne sur 8 âgée de 15 ans et plus serait allergique aux pollens, soit 13 % de notre population nationale?

allergie

 

Qu’est-ce que les allergies saisonnières ?

     En gros, les allergies saisonnières sont une série de symptômes d’allergie reliée à l’exposition au pollen. On parle donc de congestion nasale, de démangeaison des yeux et du nez, d’écoulement clair ou purulent des yeux, de gonflement des paupières, de larmoiement, d’éternuements répétés, de picotement de la gorge et d’aggravation de l’asthme chez les personnes déjà connues asthmatiques. Au-delà de ces symptômes, les allergies saisonnières peuvent dégénérer en sinusite, en otite (surtout chez les enfants) et dans le pire des cas, en réaction anaphylactique.

     Légère parenthèse sur les réactions anaphylactiques. Premièrement, qu’est-ce que c’est que ça ? En fait, c’est le terme employé pour désigner une réaction allergique grave. Bien qu’elle soit rare, elle peut être causée par nos allergies saisonnières. Si tel est le cas, vous observerez des symptômes se rapportant à la respiration, à la peau et à la digestion (respiration sifflante, sensation de serrement de la gorge, enflure du visage, apparition de rougeur sur la peau, nausées, crampes abdominales…). Si vous vivez cette situation, ou que vous êtes témoins de ces symptômes chez un ami, il faut venir me voir à l’urgence, et presto !

 

Comment se protéger des allergies saisonnières ?

     Aussi simple que ça puisse paraître, éviter l’allergène; éviter le contact avec le pollen.

Les trucs concrets :

Évitez d’aller à l’extérieur lorsque la concentration de pollen est la plus élevée, c’est-à-dire entre 7 h et 13 h; par temps chaud ou sec; lors des journées venteuses.

Si possible, gardez les fenêtres de votre domicile fermées.

Utilisez un système d’air conditionné.

Portez des lunettes de soleil à l’extérieur.

Changez de vêtements fréquemment.

Prenez une douche en entrant à la maison.

Ne faites pas sécher vos vêtements à l’extérieur. Repos pour la corde à linge !

Évitez de tondre la pelouse ou ramasser les feuilles à l’extérieur.

Évitez de fréquenter les lieux où la concentration de pollen est élevée (pelouse, jardin de fleurs, etc.).

     Et pour vous aider davantage, évitez le contact avec d’autres irritants, comme la fumée de tabac par exemple, qui peuvent augmenter les symptômes d’allergie.

 

La question qui brûle toutes les lèvres : faut-il consulter un médecin ?

     Tout dépend de vos symptômes. Si on parle d’allergie saisonnière non-compliquée, une simple visite en pharmacie fera l’affaire, combinée aux petits trucs que nous avons déjà exposés et le tour est joué. En deuxième temps, vous pouvez consulter votre médecin de famille si vos symptômes persistent et vous incommodent malgré les précédentes tentatives. Il existe d’ailleurs des cliniques spécialisées en allergie dans la région de la Mauricie. Suffit d’en parler à votre médecin de famille pour avoir une référence et vous pourrez espérer vous désensibiliser aux allergies saisonnières. Si on parle plutôt d’une réaction anaphylactique (ou réaction allergique grave), on consulte à l’urgence sans tarder.

allergie2

     Alors voilà, ça fait le tour pour ma première chronique santé physique. En espérant vous avoir éclairé un peu sur le sujet. Si vous avez des questions, ou des sujets que vous aimeriez que j’aborde, laissez-les en commentaire ! À bientôt.

Garde Joubert, infirmière clinicienne

Références :

Portail santé mieux-être. (2016) Rhinite saisonnière (rhume des foins) Adresse URL : http://sante.gouv.qc.ca/problemes-de-sante/rhinite-saisonniere/

Guide de pratique clinique du personnel infirmier en soins primaires de la Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits (DGSPNI). Révisé en 2009. Adresse URL : https://www.canada.ca/fr/services-autochtones-canada/services/sante-premieres-nations-inuits/services-soins-sante/soins-infirmiers/guide-pratique-clinique-personnel-infirmier-soins-primaires/soins-adultes/chapitre-9-dermatologie.html

Ministère de la santé et services sociaux (2017). Herbe à poux et autres pollens allergènes. Adresse URL : http://www.msss.gouv.qc.ca/professionnels/sante-environnementale/pollens/

Une réflexion sur “Garde, j’aurais une question : Les allergies saisonnières

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s